Papers 6  Editorial

Janvier 2010: une année nouvelle. Voici Papers, sixième de la série.

Difficile, en cette période, d’échapper au discours courant sur la nouveauté, les vœux, les attentes, les promesses ! Pourtant, réellement, il y a eu du nouveau, il s’est passé quelque chose avec les Journées de l’ECF et, à leur suite, celles de l’EOL. Et voilà que le Congrès de l’AMP d’avril prochain est attendu comme « le Troisième », celui où quelque chose devra se produire, qui tire les conséquences en acte des deux temps précédents. Ce futur attendu peut sembler bien lourd d’exigences et d’inquiétudes : il faudra faire aussi bien, allons-nous y arriver ? Plutôt que de céder à l’inhibition, laissons-nous porter par la tension joyeuse qu’engendre ce pari. Trouvons notre élan dans l’incertitude et l’indétermination : ce qui n’est pas encore et qui peut-être pourra se produire, et dont nous ne savons pas ce que ce sera.

Le Comité exécutif n’a pas hésité à bousculer toute une organisation déjà bien ficelée afin de créer les conditions propices à un « événement », à l’avènement de quelque chose d’ « autre ». Non seulement il a ouvert les portes du Congrès à tous, mais il propose aussi à chacun  d’intervenir sur des thèmes qui spécifient les termes du couple initial « Semblants et sinthome » et les connecte au débat ouvert en novembre. Mais il est bien évident que, quels que soient les dispositifs nouveaux, ils n’auront un effet que pour autant que chacun s’y prête et y mette du sien. Soyons nombreux à répondre à cette invitation, osons prendre la plume !

La série de Papers, elle, n’est pas nouvelle, elle est un des moyens que l’AMP et le Comité d’action de l’Ecole Une se sont donnés depuis plusieurs années pour la préparation scientifique des Congrès. Les textes qui la composent sont le fruit d’une élaboration individuelle, patiente, sérieuse, pointue, de quelques-uns de ses membres. Je propose que nous ne laissions pas ces textes dans leur isolement, faisons-les résonner, prenons nos « marqueurs » pour surligner en toutes sortes de couleurs les thèses qui nous retiennent, qui nous interpellent, celles qui nous apprennent quelque chose, celles qui se répètent ou qui se contredisent d’un texte à l’autre voire dans le même, questionnons leurs auteurs. Un lieu, à la page, pour ce rendez-vous: le nouveau blog de l’AMP :   http://www.amp2010paris.wordpress.com

Anne Lysy-Stevens

Publicités